détail d'une actualitéUn observatoire de la qualité de l’air près des aéroports

Le jeudi 24 janvier 2013

Airparif a été chargée de développer un observatoire de la qualité de l’air à proximité des plates-formes aéroportuaires d’Île-de-France.

Page d'accueil du site internet de Survol

L’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France (ARS IdF) a confié à Airparif, en tant qu’association indépendante, l’élaboration d’un observatoire de la qualité de l’air autour des aéroports de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly et Le Bourget. Bruitparif a été chargé de mettre en place un dispositif équivalent pour le bruit.

Ces trois sites représentent le deuxième pôle aéroportuaire en Europe et sont responsables d’un nombre important de mouvements aériens.  Les émissions d’oxydes d’azote de l’ensemble des activités aéroportuaire de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly sont plus de trois fois supérieures à celles du Boulevard périphérique. Le site web survol.airparif.fr développé par Airparif a pour objet de mettre quotidiennement  à la disposition des riverains le bilan des niveaux de pollution de la veille autour de ces aéroports franciliens.

Deux zones ont été définies autour de Paris-Orly d’une part et à proximité de Paris-Charles de Gaulle et du Bourget d’autre part. Des études menées par Airparif ont montré que l’impact des activités aéroportuaires sur la qualité de l’air était perceptible jusqu’à 4 kilomètres de Charles de Gaulle qui est l’aéroport le plus important. Les zones d’études regroupent donc les communes se trouvant dans un périmètre de 5 km autour des aéroports, soit 118 communes autour de  Paris-Charles de Gaulle/Le Bourget  et 84 communes autour de Paris-Orly. Ces deux zones concernent donc au total un peu plus de 3 millions de Franciliens.

Pour chacune des deux zones, deux types de cartes sont actualisés tous les jours à partir des données de la veille, les informations sur les mouvements des avions étant reçues le matin pour le jour précédent :

  • une carte synthétique avec l’indice européen de pollution Citeair. 
  • une carte de concentration pour chacun des 5 polluants suivants : le dioxyde d’azote (NO2),  les particules fines PM2.5 (plus petites qu’une bactérie), les particules PM10 (plus petite qu’une cellule), l’ozone (O3) et le benzène (C6H6).

Page du site internet de Survol

Les cartes reconstituent les concentrations de la veille autour des aéroports.
Exemple sur la zone Paris-Charles de Gaulle/Le Bourget, qui s’étend jusqu’au Boulevard périphérique notamment.


Ces cartes reflètent la pollution liée aux activités des plates-formes aéroportuaires mais aussi la pollution  le long des axes routiers et dans l’air ambiant. Les polluants retenus dans le cadre de l’étude ont été choisis selon les caractéristiques des émissions atmosphériques associées au fonctionnement d’une plate-forme aéroportuaire ainsi qu’au trafic routier et en fonction des problèmes posés par rapport aux normes de qualité de l’air en vigueur.

Ce site fournit également plus de précisions sur les méthodes de mesure et de calcul, sur les polluants et leurs effets, ou encore sur les sources de pollution.

Survol est le deuxième observatoire développé par Airparif après celui du Duplex A86 ouest. Ces deux observatoires sont présentés dans le Airparif Actualité N°38.

Voir :



Accès aux anciennes actualités d’Airparif