Titre Un laboratoire pour garantir les mesures

Le laboratoire de métrologie d'Airparif permet de garantir la qualité des mesures effectuées en Île-de-France. Ce laboratoire sert aussi de support au Lire (Laboratoire interrégional d'étalonnage) créé pour les régions avoisinantes.

Vue générale du laboratoire de métrologie

A la demande du ministère de l'Environnement, le laboratoire de métrologie a développé en collaboration avec le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l'air (LCSQA) des chaînes d'étalonnages des principaux polluants surveillés par analyses automatiques (dioxyde de soufre, ozone, oxydes d'azote, monoxyde de carbone). Dans ce cadre ont été mis au point des étalons de référence détenus par Airparif, qui est accrédité Cofrac-étalonnage. En 2008, l'extension de l'accréditation a été réalisée pour la chaîne de raccordement du dioxyde d'azote et en 2010 pour le benzène, toluène et ortho-xylène. La mise en place de cette chaîne de raccordement benzène permet de garantir les analyses réalisées par le laboratoire de chimie d'Airparif.

Airparif a acquis le statut de niveau 2 dans une chaîne d'étalonnage interrégionale concernant des réseaux géographiquement proches. Ainsi, les réseaux Lig'air (Région Centre, Orléans), Atmosf'air (Région Bourgogne Nord et Ouest, Dijon et Bourgogne Sud, Châlons-sur-Saône), Air Normand (Haute Normandie, Rouen et Le Havre) et Atmo Picardie (Picardie, Amiens) ont souhaité se raccorder à la chaîne d'étalonnage via le laboratoire de métrologie d'Airparif. Actuellement six autres laboratoires disposent aussi d'une chaîne d'étalonnage au niveau interrégional : l'Aspa (Strasbourg), Air Pays de la Loire (Nantes), l'École des Mines de Douai, l'Oramip (Toulouse), Airfobep (pour la Région Paca), et Atmo Rhône-Alpes.

Au cours des dernières années, 350 à 400 certificats d'étalonnage par an sont émis par le Lire : 50 % pour Airparif (étalons du Lire, du laboratoire de chimie et du service d'exploitation du réseau automatique) et 50 % pour les réseaux raccordés. Ces raccordements sont couplés avec des réunions techniques d'échange et de mise en commun des points forts de chacun des réseaux, contribuant ainsi à renforcer les liens entre réseaux de surveillance de la qualité de l'air et de fait l'homogénéisation de la mesure.

A l'échelle européenne, le laboratoire participe à des exercices de comparaison inter-laboratoires des étalons une fois tous les deux ans, à Essen en Allemagne ou à Ispra en Italie (en alternance), ce qui permet de qualifier les étalonnages. Ces exercices sont réalisés au niveau national annuellement, avec les sept laboratoires interrégionaux. Les résultats de ces inter-comparaisons ont clairement confirmé la qualité des étalonnages effectués par le Lire.

A l'échelle régionale, le laboratoire de métrologie vérifie les analyseurs de mesure du réseau d'Airparif. En effet, pour des questions d'entretien, ces analyseurs sont nettoyés chaque année et leurs caractéristiques métrologiques sont vérifiées : dérive, stabilité, linéarité, temps de réponse, etc. 250 à 300 vérifications par an sont ainsi réalisées.

  • Définition
    L'étalon définit une grandeur donnée (en l'occurrence la concentration d'un polluant), avec une valeur déterminée, et une incertitude de mesure associée. Cet étalon est relié à des étalons nationaux par un raccordement, via une chaîne ininterrompue de comparaisons d'incertitudes connues, appelée chaîne d'étalonnage.
Les étalons

Les étalons interrégionaux

  • L'incertitude des mesures dans la chaîne d'étalonnage
    Il n'existe pas de mesure parfaite, et même dans la chaîne d'étalonnage, une certaine marge d'incertitude des raccordements est tolérée. Cette marge dépend du polluant considéré et du niveau auquel se situe le laboratoire. Par exemple, pour l'ozone, Airparif a un étalon de niveau 2, avec une incertitude associée de plus ou moins 4,4 ppb pour une concentration de 200 ppb (2,2 %).
La chaîne d'étalonnage de l'ozone (niveau 1, 2 et 3 et incertitudes associées)

La chaîne d'étalonnage de l'ozone (niveau 1, 2 et 3 et incertitudes associées)